Lyrics Nadir Dendoune – Photo DR
Après un premier passage en prison, long de sept ans (2005-2011), Salah Hamouri, avocat franco-palestinien de 32 ans, a donc été de nouveau mis en taule le 23 août dernier dans une prison israélienne. 

Heureusement que les réseaux sociaux existent, sinon il aurait été impossible de faire connaître le sort de notre compatriote. Comptez-pas sur nos personnalités, les artistes, les sportifs, etc, pour se bouger le cul : comme d’habitude, ils sont à la limite de la crise cardiaque dès qu’ils entendent le mot Palestine.

Salah Hamouri a été arrêté à son domicile de Jérusalem le 23 août. C’est à la fois une surprise et pas une surprise. Une surprise parce que depuis sa libération en décembre 2011, il avait repris une « vie normale » malgré les difficultés du quotidien, comme c’est le cas pour l’immense majorité des Palestiniens.

Son arrestation n’est pas non plus une surprise. Depuis 2011, l’armée israélienne s’acharne sur lui. A plusieurs reprises, il a écopé de plusieurs interdictions de territoire en Cisjordanie occupée, l’empêchant ainsi de poursuivre ses études d’avocat qu’il avait commencé dans une université palestinienne.

L’objectif est clair :  faire en sorte que Salah Hamouri, né en Palestine à Jérusalem il y a 32 ans, quitte sa terre pour de bon et parte s’installer de manière définitive en France où vivent son épouse, Elsa, et son fils d’un an.

Nous sommes fin 2015. Elsa Lefort Hamouri alors enceinte,
après avoir passé les fêtes de fin d’année en France, est refoulée à son retour en Israël où elle vivait pourtant légalement depuis 2014. Elle travaillait alors à l’Institut français du Proche-Orient, un centre de recherche rattaché au consulat de France. Placée à son arrivée à Tel Aviv dans un centre de rétention pendant 48h, Elsa sera expulsée de l’aéroport Ben Gourion vers la France, alors qu’elle était titulaire d’un visa dit « de service » -en tant que membre d’une organisation consulaire- valable jusqu’en octobre 2016, censé donc garantir sa liberté de mouvement. Elle et son fils qui aurait dû naître en Palestine, sont donc bloqués en France. Salah n’a pas d’autre choix que de faire des allers retours entre Paris et Jérusalem. Elsa savait en épousant Salah que leur vie allait être compliquée, mais, courageuse, elle a épousé Salah en juin 2013. C’est aussi une résistante. Elle ne se plaint jamais et élève son môme, du mieux qu’elle le peut, souvent seule donc. Les deux s’aiment, ils ne demandent qu’à vivre ensemble mais les autorités israéliennes refusent de donner un titre de séjour à Elsa. Pourquoi ? Pour les dégoûter, les punir de leur insoumission. Les casser.

D’abord placé comme 450 autres Palestiniens en détention administrative, pour un minimum de six mois, régime très spécial qui permet à Israël de maintenir en prison arbitrairement des personnes pendant plusieurs mois sans leur en notifier les raisons, un juge militaire a ordonné ce mardi 5 septembre à la surprise générale que Salah Hamouri « finisse son ancienne peine ». Rien que ça !
Après avoir passé près de sept ans en prison, il avait éte libéré
définitivement en décembre 2011 dans le cadre d’un échange de prisonniers, trois mois avant la fin de sa détention. Mais le mot « définitivement » en Israël a visiblement une autre signification.

Le juge a justifié sa décision en expliquant que Salah avait été condamné en 2005 pour sa supposée appartenance au FPLP (Front de libération de la Palestine), organisation marxiste, considérée comme terroriste par Israël. Peu importe si Salah a toujours nié ses accusations. Et comme la Cour dit le soupçonner encore aujourd’hui pour les mêmes raisons, elle le condamne à trois mois de prison. Logique implacable !

Le calvaire pour Salah et ses proches risque de durer encore un peu. Passée ces trois mois, le juge a promis qu’il allait repenser à la détention administrative. Combien de temps donc Salah Hamouri va croupir en prison ? Incertitude totale.

Trois jours après être devenu avocat, dans la nuit du 22 au 23 août, l’armée israélienne l’a de nouveau arrêté. Salah était posé chez lui à Jérusalem, content d’avoir obtenu enfin son diplôme, impatient d’aller retrouver sa femme et son môme. Notre compatriote devait rentrer à Paris ce jeudi 31 août. Les autorités israéliennes étaient bien entendu au courant. Le foutre en taule à cet instant n’est donc pas un hasard.

Depuis la nouvelle de son arrestation, les réseaux sociaux s’activent, un comité de soutien a été créé, les rassemblements pour demander sa libération s’enchaînent pour faire pression sur les autorités françaises. Pour l’instant, en vain. La bande à Macron fait la sourde oreille.

Comme la bande à Sarkozy du temps où Salah Hamouri, alors étudiant de 19 ans, avait été foutu en prison une première fois (2005-2011). A l’époque, il avait été condamné pour un « délit d’intention », soupçonné d’avoir voulu (même pas d’avoir essayé! )
assassiner Ovedia Youssef, un rabbin, leader du parti d’extrême droite, le Shas. Alain Juppé, alors ministre des Affaires étrangères avait fini par admettre que le dossier judiciaire de Salah Hamouri était vide. On était alors quelques mois avant sa libération. Un réveil un peu tardif pour une diplomatie française toujours aussi timide quand il s’agit de défendre ses citoyens face à l’arbitraire israélien.   Six ans après sa première libération, c’est toujours le même silence diplomatique des autorités françaises qui prévaut. A part répéter qu’elles suivent le dossier, aucune condamnation officielle de leur part.

Les journalistes relaient un peu. Enfin, surtout la presse écrite. La télé, le média le plus visible est, comme souvent, aux abonnés absents. Des silences qui contrastent avec le vacarme de ce peuple de France, de plus en plus nombreux, écoeuré par tant d’injustice, dégoûté par l’incarcération inacceptable d’un de ses compatriote. Un soutien populaire qui fait dire à Elsa, son épouse, que grâce à eux, à vous, à nous, « je me sens moins seule ».

Pour en savoir plus sur la comité de soutien : https://www.facebook.com/freesalahhamouri/
Pour regarder le documentaire de Nadir Dendoune  » L’affaire Salah Hamouri  » : https://www.humanite.fr/lhumanite-fr-propose-en-acces-libre-et-en-exclusivite-le-documentaire-de-nadir-dendoune-laffaire