Lyrics : Raphäl Yem – Photos : DR

 

Il est l’architecte sonore d’un des plus grand groupes de rap français : la Fonky Family. Depuis Marseille (et un peu Toulouse), cette horde de bad boys est entrée dans la légende dans les 90’s avec des titres comme « La furie ou la foi », « Sans rémission », ou encore « Art de rue ». Pone a contracté la Maladie de Charcot, depuis 2015, son corps est entièrement paralysé. Mais sa passion et son talent pour la musique sont restés intacts. En s’équipant de matériels et logiciels adaptés, il a pu composer des instrus depuis son lit médicalisé, à la force unique de ses yeux, dans une chorégraphie à la fois poétique et brutale. Le voilà de nouveau sur le front avec son nouveau projet : « Vision ». Interview via Messenger avec un poids lourd du Hip Hop français, un exemple inspirant qui n’aura jamais rien lâché.

 

C’est quoi le point de départ de ce nouveau projet ?

C’est un peu le hasard à vrai dire, j’avais besoin d’une salle de boxe pour un clip de mon précédent album « Kate and me ». J’ai alors pensé à mon vieux pote Karl (ndr : le rappeur Karlito, de la Mafia K’1 Fry). On a repris contact et forcément on a parlé de son. Il m’a envoyé un morceau qu’il avait fait sur un beat internet en me disant que si j’avais un beat à moi qui collait, je fasse ma sauce. J’ai renvoyé le truc et il a aimé. Puis on a continué. Pour la petite histoire, c’était le beat de « Au delà de l’horizon » qu’on fera au final avec Ali (ndr : qui formait le groupe Lunatic avec Booba).

 

 

Comment as tu réussi cet autre exploit : celui de remettre « on air » des Karlito et des Ali ?

Je pense pas que c’était un exploit ! C’est des passionnés de rap et d’écriture. J’ai juste eu à envoyer des sons. Ils ont des écritures totalement différentes et le flow qui en découle l’est forcement aussi. Karl est instinctif alors que Ali est un technicien qui ne laisse rien au hasard pour vraiment schématiser. 

Tu aurais pu te laisser à la facilité et jouer tes prods sur de la nostalgie, mais ce n’est pas ce que tu as fait. 

Je ne suis pas du tout nostalgique. Et si y a bien un truc que j’ai toujours essayé de faire dans mon travail, c’est qu’il soit frais. Et puis j’ai absolument aucune envie de faire ce que je faisais y a 20 ans.

 

Quels sont les producers qui te challengent le plus en ce moment ?

J’aime bien l’équipe de Drake et particulièrement Noah Shebbib. L’équipe de Roc Marciano j’aime beaucoup aussi. Mais je bloque pas trop sur qui fait quoi.

 

Est-ce qu’on peut rêver et espérer des sons avec les anciens de la FF ? 

Une reformation est exclue pour ma part, je suis super fier de ce qu’on a fait mais c’est le passé. Je suis encore assez proche de certains. Le meilleur souvenir, hormis les amitiés, reste l’enregistrement de « Si dieu veut ».  

 

Tu as d’autres projets ?

J’essaye d’écrire un bouquin, enfin plusieurs … mais un éditeur m’a conseillé de commencer par raconter ma vie. Je monte un petit label avec mon associé. J’ai quelques demandes musicales. Je reste dans l’optique de travailler avec Karlito à long terme. Et j’ai un gros projet dans le médical que je mène à bien avec de grands médecins !